Corriger les pensées négatives à travers une thérapie comportementale cognitive

La dépression et l’anxiété sont généralement traitées à travers la prise de médicaments sur ordonnance d’un médecin. Cette méthode de traitement permet alors au patient de continuer à vivre sans ressentir le besoin de s’adresser à des institutions médicales spécialisées et d’y être retenu sur une longue période de temps. Les thérapies psychologiques cherchent en revanche à traiter les pensées négatives et tous les problèmes émotionnels en recherchant les causes à l’origine des symptômes.

Thérapie comportementale cognitive : un éventail de technique

Les indices indiquant l’état mental négatif d’un individu se cachent notamment dans ses comportements du moment présent, dont la thérapie comportementale cognitive essaie d’expliquer et corriger les aléas psychologiques.

La thérapie comportementale et cognitive (TCC) est un traitement composé de différentes approches thérapeutiques combinant l’exposition et la mise en distance des pensées. Cette opération invoque en effet l’utilisation des techniques de pleine conscience et de relaxation associées à l’affirmation de soi avec un travail sur l’obsession. Ce type de thérapie résulte du rapprochement des thérapies comportementales et cognitives, où son application s’appuie principalement sur l’observation du changement de comportement d’une personne. Elle tient aussi compte des émotions et pensées d’un sujet, mais elle nécessite une démarche scientifique souvent expérimentale pour trouver une solution adaptée à chaque patient.

Les types de pensées (attitudes, croyances, etc.) sont associés à un mode de pensée particulier (obsession, inquiétude, etc.), et se traduisent par des comportements menant à la création d’un profil de personnalité unique. De ce fait, deux patients éprouvant les mêmes troubles psychologiques peuvent les afficher différemment. Dès lors qu’un psychologue souhaite comprendre un individu en examinant ses pensées, émotions et comportements, il fait appel à la thérapie comportementale et cognitive. De nombreuses TCC sont alors conçues pour traiter les phobies ou anxiétés et sont en mesure d’améliorer la qualité de vie d’un patient.

TCC : la consultation

La thérapie corrigeant les pensées négatives démarre en général par l’évaluation complète des symptômes avec l’ensemble des circonstances entraînant leurs déclenchements. Le thérapeute devra également évoquer le contexte suivi de quelques facteurs personnels et interpersonnels durant la première séance dans le but de définir plusieurs objectifs. Ces derniers contribuent en outre à la construction d’une stratégie prenant en compte les éléments de l’environnement de l’individu (habitudes, vie sociale et professionnelle, relations familiales, etc.).

Une séance dure en moyenne 45 minutes et le nombre de consultations sera réparti sur quelques semaines (court terme) à plusieurs mois (moyen terme). Les exercices proposés à la personne en dehors d’une consultation sont indispensables pour lui permettre d’évoluer rapidement et peuvent, par exemple, l’aider à trouver un moyen de réduire l’impact des pensées négatives en prenant simplement de la distance par rapport à celles-ci. L’adoption d’un nouveau comportement face aux causes des pensées négatives permettra alors au patient de les remplacer.

Il faut souligner que les TCC sont pratiquées en séances individuelles pour garantir la confidentialité, et la thérapeute servira uniquement de guide jusqu’à ce que le sujet soit en mesure d’entreprendre son apprentissage spontanément.

Des objectifs supplémentaires à prévoir

Avant de s’engager dans une thérapie comportementale cognitive, les intéressés doivent prendre connaissance qu’ils ne s’engagent pas dans un traitement agressif. Toutefois, ces derniers ne doivent pas négliger qu’ils devront prendre un rôle actif dans ce type de thérapie et devront ainsi réaliser des efforts en solo. Par ailleurs, le psychiatre est en mesure de fixer un objectif particulier en plus de ceux de la stratégie et que le patient devra remplir avant de prendre part à la séance suivante. Toutefois, ces objectifs touchent différents aspects de la thérapie et peuvent être relativement complexes selon la sévérité de la manifestation des pensées. Par exemple, le patient devra confronter une cause d’apparition d’une pensée négative afin de réapprendre un comportement plus approprié à une vie normale.

Les avantages d’un service de télésecrétariat médical
Comment avancer et s’organiser après l’annonce brutale d’un cancer ?